7 décembre, 2012 | Viticulture | Réalité économique |

Le bio gagne du terrain

La viticulture biologique poursuit sa marche en avant avec une progression régulière. C’est peu dire qu’elle gagne du terrain, car elle en gagne en réalité tous les jours. C’est vrai pour l’ensemble des produits alimentaires en Europe, mais c’est particulièrement vrai pour le vin en France.

Signe des temps, le supplément Crémants du magazine viticole Bourgogne Aujourd’hui, titre ce mois-ci « Le bio trace sa route ». C’est l’information du jour. Le mois dernier, c’est un stade entier qui a été réquisitionné à Bègles, près de Bordeaux, pour un marché bio d’envergure qui a duré tout un week end. Et du 14 au 16 décembre, le Salon Asphodèle aura lieu au Parc des Expositions de Pau, avec 200 exposants de produits bio venus de toute la France.

On compte en France 61.000 hectares de vignes cultivées en bio, contre 39.000 en 2009. C’est une croissance très forte, assez spectaculaire dans certaines régions comme l’Alsace (2.000 hectares labellisés) ou l’Aquitaine (6.800 hectares). Les exemples abondent de domaines prestigieux qui se sont convertis à ce mode de culture. C’est le champagne Roederer qui agrandit son vignoble en biodynamie, avec 37 hectares ; c’est le Château Guiraud, premier cru de Sauternes, qui plante des kilomètres de haies pour attirer les oiseaux ; c’est le château Pape Clément, cru classé de Graves, qui laboure avec des bœufs ; ce sont Pontet Canet et Latour, prestigieux crus du Médoc, qui traitent leurs vignes avec des chevaux, c’est le Château Brown, à Léognan, qui installe des ruches dans ses vignes, etc….

Pour sa sixième édition, le dernier Challenge Millésime Bio a vu 1070 échantillons de vins en compétition à Lattes dans le Languedoc. 220 dégustateurs, venus de toute l’Europe, ont attribué 305 médailles dont 70 médailles d’or. Des mentions spéciales ont été attribuées à plusieurs crus, comme : le Domaine Gabaron, Faugères rouge 2011, le Domaine d’Estoublon, blanc 2009 des Alpilles, ou le Domaine de Bablut, vin liquoreux des Coteaux de l’Aubance. On reparlera de tout cela au Salon Millésime Bio, qui fête ses vingt ans à Montpellier fin janvier prochain.

Commentaires fermés pour cet article.