28 décembre, 2012 | Zoom | Une légende sur le toit du Médoc |

Château Fonréaud à Listrac

Les visiteurs du Médoc qui suivent la route nationale de Bordeaux au Verdon, laquelle traverse vers le nord toute la presqu’ile médocaine, passent automatiquement devant le Château Fonréaud, sentinelle au milieu de ses vignes, dont la jolie silhouette trône sur le coteau à l’entrée du village de Listrac.

C’est une très vieille propriété dont l’histoire nous apprend que ses vins étaient déjà prisés au 18ème siècle au titre des meilleurs de la paroisse de Listrac. L’élégant château fut construit en 1855 par l’architecte Garros, bien connu dans le vignoble bordelais. Depuis 50 ans, la famille Chanfreau, qui possède aussi le Château Lestage à Listrac, vieille aux destinées de Fonréaud, auquel l’actuel gérant, Jean Chanfreau, a su donner une vraie image de cru bourgeois, au prix d’un travail patient et méthodique.

Le terroir de Fonréaud est un assemblage classique de graves sur socle calcaire, sur lequel sont tout aussi classiquement cultivés des cabernets sauvignons, pour une bonne moitié de l’encépagement, le reste en merlots et petits verdots. Rien que de traditionnel. Mais c’est après plusieurs années d’attente que se vérifie cette extraordinaire capacité des crus de Listrac à affronter le temps, à se bonifier avec les années, à conserver fraîcheur et jeunesse après des décennies.

On vient de le vérifier avec une remarquable dégustation de millésimes anciens conservés à la propriété. Non seulement des vins comme 2000, 2001 ou 2003 sont actuellement délicieux, mais on s’emballe avec les 1982, les 1985 et les 1989, dont la richesse et l’ampleur aromatique tapissent tout le palais. Et l’on reste encore plus admiratif quand on goûte les 1970, 1964, 1959 et même l’étonnant 1949. Les accents de fruits et de framboise sont toujours présents, la tenue du vin en bouche est ferme, avec de la grâce, parfois de l’élégance, et souvent une agréable note un peu viandée. C’est là ce qui s’appelle un vin d’avenir.

Cela n’empêche pas de commencer à déguster les excellents Fonréaud 2008 et 2009, déjà pleins d’agréments, mais en sachant qu’ils seront toujours là dans vingt, et sans doute quarante…. Cela n’empêche pas non plus de demander à Jean Chanfreau s’il lui reste quelques flacons des pépites qu’il concocte alentour du vignoble rouge de Fonréaud.

C’est d’abord un vin blanc sec baptisé le Cygne, issu de trois hectares de sémillon, muscadelle et sauvignon, un des meilleurs vins blancs du Médoc ; c’est aussi le petit Clos des Demoiselles, trois hectares de vieilles vignes situés sur le plus haut plateau de graves de Listrac. C’est un vin rare, fait de douceur et de raffinement, que l’amateur d’étiquettes peu connue doit découvrir sans retard.

Commentaires fermés pour cet article.