28 novembre, 2012 | | Chiffres |

Val de Loire : les appellations en hausse, les vins de pays en baisse

Selon des données fournies par l’Observatoire économique d’Interloire, les vins d’appellations du Val de Loire ont progressé à l’export de 13 % en volume, et de 12 % en valeur, sur les 8 premiers mois de 2012, par rapport à la même période de 2011.

Ces statistiques englobent l’ensemble des vins de Loire (de Nantes à Sancerre). C’est en blanc que les volumes sont les plus conséquents, tirés par le Muscadet et la zone de Sancerre : 181 000 hectolitres, soit + 16 %. Les rouges et rosés ensemble progressent de + 4 %. Enfin, les bulles avancent de 28 % à plus de 32 000 hectolitres ! En volume, le trio de tête des pays clients des vins de Loire est formé par le Royaume Uni, les USA et la Belgique. En valeur, ce sont les USA, le Royaume Uni et l’Allemagne.

En revanche, les vins de pays sont en baisse. Avec 285 000 hectolitres, le volume de vins de pays du Val de Loire revendiqué par 1.360 opérateurs (dont les trois quarts sont en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire et Loir-et-Cher) sur la récolte 2011, affiche encore une baisse par rapport à 2010. Le volume a été réparti également entre négoce et vente directe. Il est dominé par les vins blancs, essentiellement sauvignon (79 000 hectolitres) et chardonnay (55 000 hectolitres). Les rouges (28 % du volume) et les rosés (20 %) sont majoritairement produits à partir du  cabernet franc et du gamay.

En 2010, 4 700 hectares avaient été engagés, contre 4 400 en 2011. En quelques années, le chiffre a été divisé par deux. Et il ne cesse de diminuer. Plusieurs raisons expliquent cette baisse : l’arrachage en Pays nantais et Loir-et-Cher, les cessions d’activité et la concurrence des vins de France avec cépage.

Et pour 2012, aucun doute n’est permis : le volume sera faible. Avec des rendements moyens de l’ordre de 35 à 40 hectolitres par hectare, le volume global devrait se situer entre 150 000 et  200 000 hectolitres. Du coup, les cours commencent à remonter au début de cette campagne 2012-2013. Sur les transactions de vendanges fraiches, les prix en blancs ont progressé de 24 %, et en rouge et rosé, de 14 %.

Commentaires fermés pour cet article.