21 novembre, 2012 | Economie | Conjoncture |

Le vrai prix d’un tonneau de bordeaux rouge

La Chambre d’Agriculture de la Gironde a réalisé cette année, comme elle l’avait fait il y a dix ans, une étude pointue sur le coût de production du vin à Bordeaux. Les conseillers viticoles de la Chambre ont donc détaillé, et presque décortiqué, toutes les dépenses qu’un vigneron a du faire pour cultiver sa vigne, en prenant pour exemple deux propriétés type : un vignoble de 25 hectares, produisant du vin d’appellation bordeaux rouge, sur une vigne plantée à 3.300 pieds par hectare, mais dont l’un vend son vin en vrac, et l’autre en bouteilles (1).

L’étude a porté sur le millésime 2012, et a ramené ses conclusions sur le prix réel de production d’un tonneau de vin, c’est-à-dire 900 litres. Pour le producteur de vrac, le coût de ce tonneau s’élève à 1.078 euros, quand le prix moyen du marché à la propriété ne dépasse pas 1.000 euros. Et pour le producteur de vin en bouteille, le coût de ce tonneau s’élève à 1.271 euros le tonneau, soit 2,88 euros de prix de revient par bouteille. Rappelons qu’un tonneau correspond à 1.200 bouteilles de 75 cl, c’est à dire cent caisses ou deux palettes.

Le bilan best donc clair : le prix de revient est globalement supérieur au prix de vente au négoce. « Mais il faut rester optimiste, assure le président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde, Bernard Artigue, lui-même viticulteur. Cette étude n’est qu’un outil pour le producteur qui doit faire des choix techniques. Il y en a qui s’en sortent, mais avec des bouts de ficelle, et parce que le grand père vient aider son petit-fils dans la vigne…. Le marché reste le marché, c’est une réalité économique que nous ne maitrisons pas. Mais nous devons aider le viticulteur, et partir à la reconquête de la valeur ajoutée…. ».

(1)Tous les paramètres ont été pris en compte, depuis le prix du sécateur, des vêtements de travail, du gazole du tracteur, de la main d’œuvre saisonnière ou pas, des machines, de tous les travaux agricoles étalés sur l’année, des engrais, des traitements, jusqu’aux frais annexes et assurances, pour un rendement moyen de 55 hectolitres de vin par hectare.

Commentaires fermés pour cet article.