20 novembre, 2012 | Commerce | Enchères |

Hausse vertigineuse aux Hospices de Beaune

Vente des Hospices de Beaune 2012 - ©Christie's

La vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune s’est conclue sur une hausse vertigineuse du prix moyen de la pièce de 228 litres : +57%. Le chiffre d’affaires, 5,2 millions d’euros, s’est situé tout proche du record historique. L’ampleur du phénomène a surpris mais ses causes sont pourtant bien rationnelles. Tout d’abord le petit volume à la vente : seulement 512 pièces. Il faut remonter à 1987 pour voir un nombre aussi faible. Les cuvées ont donc été fortement disputées. La qualité du millésime a également provoqué un surcroit d’attrait : les faibles rendements et le travail du régisseur des Hospices ont permis de tirer le meilleur parti des conditions de l’année. Un millésime, certes chaotique sur le plan météorologique, mais potentiellement très intéressant.

L’ouverture à une clientèle particulière et diversifiée, porte ses fruits. Timide lors des premières années (à partir de 2005), « l’effet Christie’s », comme on l’a nommé, monte en puissance. Les trois dernières ventes confirment qu’il faut maintenant compter, tous les ans, sur les particuliers pour animer les enchères. Cette clientèle, fidélisée, est manifestement séduite par l’idée d’avoir accès à ce domaine historique et médiatique.

Enfin sur le plan macro-économique, la bonne santé des vins de Bourgogne plus particulièrement à l’export, a mis un peu plus de vent dans les voiles. L’année 2012 va très certainement se conclure à des niveaux proches ou supérieurs aux chiffres d’affaires (records) enregistrés juste avant la crise de 2007-2008.

La pièce de Charité (350 litres de Corton « Charlotte Dumay ») a été adjugée 270 000 € à un homme d’affaires ukrainien, Igor Iankovskyi, acheteur de longue date aux Hospices via la maison beaunoise Albert Bichot. Le profit de ces enchères reviendra à deux associations caritatives : celle de Carla Bruni-Sarkozy pour l’accès à l’éducation des publics vulnérables et la Fondation Idée, qui combat l’épilepsie, parrainée par Guy Roux.

NOTA. Si l’on ajoute aux 5,27 millions d’euros de gains, le prix de la « pièce de charité » bien défendue par Carla Bruni-Sarkozy, et les frais du commissaire-priseur, on atteint le chiffre record total de 5,9 millions d’euros.

Commentaires fermés pour cet article.