13 avril, 2012 | | Sol et Raisin |

Mesures De l’azote dans le vignoble

Considérant que l’azote est un marqueur de la variabilité des terrains selon les millésimes, plusieurs mesures ont été menées sur le site de Plumecoq, dans la Marne, abritant une parcelle « laboratoire » plantées avec les trois cépages courants de la Champagne. Cela permet de concentrer les mesures possibles sur le sol et le raisin, grâce notamment à des capteurs embarqués. Une technique importante pour révéler les effets du territoire.

Le choix s’est dirigé vers des capteurs optiques (non destructifs). La proxi-détection a été privilégiée par l’utilisation d’un chenillard spécialement équipé, permettant des analyses sur le bois et le feuillage des vignes. L’électronique embarquée est composée de capteurs, d’un GPS, et d’un système informatique. Le travail a été fait sur différentes longueurs d’ondes. Après les mesures physiques, les chercheurs se sont demandé s’il était possible de passer à des conclusions agronomiques.

« Notre perspective est de voir se développer un outil pour caractériser la trajectoire de la vigne du stade végétatif jusqu’à la récolte », explique Laurent Panigai du Comité Champagne. «  L’avenir est au pilotage des pratiques à la vigne avec la réalisation de cartes. Mais aussi l’élaboration d’un outil de caractérisation haute densité afin de définir des unités homogènes. Actuellement, nous nous basons sur des expériences humaines, qui n’est pas partageable par le plus grand nombre. Nous souhaitons générer un vaste partage grâce aux outils techniques ».

Laisser une réponse

 

 

 

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>