21 décembre, 2011 | En Bref... | Consommation |

La loi Evin toujours sur la sellette

François Patriat, sénateur socialiste de la Bourgogne et ancien ministre de l’agriculture, vient de remettre en cause publiquement l’efficacité de la Loi Evin.
Il juge que « elle a fonctionné pour le tabac », mais qu’elle apparait maintenant en totale inadéquation avec le monde du vin. Il a ajouté qu’il ne la voterait pas aujourd’hui. De nombreux professionnels ont relevé avec plaisir cette confession en forme de mea culpa, et souhaité que la Loi Evin soit vite adaptée à la réalité économique de la filière viticole française, notamment en matière de communication et de publicité.
De son côté, l’association Vin et Société, qui milite pour une consommation modérée en France, mais pour une juste place du vin dans la société, rappelle que la vigne fait vivre 250.000 personnes dans le pays, et amène 6 milliards d’euros dans la balance commerciale, grâce à l’exportation. Elle propose une « juste mesure », avec un jour d’abstinence par semaine, et une consommation limitée à deux verres par jour pour les femmes et trois verres pour les hommes, maximum quatre pour les jours de fête. « Dans un verre de vin, il y a un peu de géologie, de la géographie, du travail, du savoir-faire, de l’éducation et de l’histoire » indique Vin et Société, qui poursuit « Traiter le vin en boisson alcoolique, c’est mépriser l’histoire, c’est faire une bouillie statistique avec notre culture. Autant évaluer Monet en kilos de peinture et Ravel en décibels…. »

Laisser une réponse

 

 

 

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>