12 octobre, 2011 | | recherche |

De futures vignes résistantes aux maladies

L’Inra travaille actuellement à un programme de recherches d’envergure s’il débouche sur des résultats tangibles, car il pourrait bouleverser la pratique même de la viticulture dans certaines régions.

Le défi : trouver de nouvelles variétés de vignes résistantes au mildiou et à l’oïdium. Dans le cadre d’un programme national mené à Bordeaux, Colmar, Montpellier et Montreuil-Bellay (près de Saumur), des vignes sont plantées à partir de croisements réalisés à partir de régent, un cépage allemand, et de muscadine. “C’est une espèce voisine de la vigne qu’on trouve aux Etats-Unis”, indique Gérard Barbeau, chargé du programme à l‘Inra d’Angers depuis 2004.

Sur les 450 croisements opérés, 111 nouvelles variétés ont été reproduites dans un premier temps et plantées sur un porte-greffe Fercal. La réaction de chaque pied est étudiée sur feuille et sur grappe à différents stades de la vigne, afin de sélectionner rapidement les plus intéressants. Certains résistent bien au mildiou mais moins bien à l’oïdium, d’autres se comportent à l’inverse. Des mini-vinifications ont été réalisées en blanc, rosé et rouge, et dégustées par des techniciens et des vignerons.
L’Inra d’Angers en a conservé cinq, à la fois pour leur résistance aux maladies et pour leur qualité de raisins, et de vins. Elles ont été multipliées et seront plantées en expérimentation en 2012 avec une centaine de ceps chacune. “Si ça marche, on peut imaginer une inscription au catalogue vers 2016-2017”, conclut Gérard Barbeau.

Laisser une réponse

 

 

 

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>